La carte est un outil pour apprendre de ses expériences aussi

Clint Eastwood a la réputation d’être forcément intelligent et de terminer le tournage de ses films en avance sur le planning et dans le budget – un exploit dans le monde du cinéma habitué aux dépassements. Nul doute qu’il prépare soigneusement ses tournages et qu’au cours de sa longue carrière il a appris ce qui est efficace comme ce qui ne marche pas et qu’il en a tiré des leçons qu’il applique.

Le retour d’expérience est un exercice sain, voire salutaire, quel que soit le projet qui vous a occupé quelques heures ou quelques mois – depuis la confection d’un nouveau plat jusqu’à la construction d’un barrage hydraulique.
Le retour d’expérience s’applique aussi à l’analyse du déroulé de votre semaine, il n’y a pas de limite, et apprendre permet d’être plus efficace.
De quoi s’agit-il ?

  • De rappeler ce qui était prévu : quels étaient les objectifs et les moyens ? C’est la proposition initiale.
  • D’analyser ce qui s’est réellement passé : quelles sont les actions que vous avez menées, dans l’ordre, quels éléments du contexte ont été importants, avez-vous tenu les délais prévus, avez-vous dû modifier vos objectifs, avez-vous pu négocier ces objectifs avec votre « client », qui est le bénéficiaire de votre projet ? C’est l’histoire de votre projet.
  • De faire apparaître ce que vous avez réussi comme ce qui vous a posé des problèmes importants : est-ce que tout s’est passé selon le plan, les ressources prévues ont-elles été suffisantes ou avez-vous dû demander du personnel ou du budget supplémentaire, avez-vous subi des aléas imprévisibles, quelles sont les mesures que vous avez dû prendre pour atteindre les objectifs initiaux ou modifiés le cas échéant ? C’est l’analyse de votre action.
  • D’étudier attentivement le tout et de décider ce que vous referiez à l’identique ou comment vous vous prépareriez autrement pour réaliser un projet comparable.

Et vous devenez plus efficace si vous appliquez ce que vous venez d’analyser et vous en souvenez.

La carte heuristique, dans tout cela ?
Vous pouvez parfaitement l’utiliser pour vous aider à faire un retour d’expérience, dans toutes ces phases, par exemple en développant :

  • une branche pour la proposition initiale (objectifs, ressources et moyens, délais) ;
  • une branche pour l’histoire de votre projet (phase 1, phase 2,… avec les évènements principaux et significatifs) ;
  • une branche et des couleurs pour les réussites et les raisons de ces succès ;
  • une branche et une autre couleur pour les difficultés ou les échecs, ce qui les a causés et ce qui a été pris comme mesure pour y remédier ;
  • et sur ces deux branches, souligner avec des pictogrammes ou des couleurs ce que vous allez prendre comme habitude désormais.

REX

Essayez donc, il n’y a pas de petit projet ni de petite carte et apprendre permet d’être plus efficace dans tous les domaines.

Bonnes cartes !

Anne Duverne
Article écrit dans le cadre de sa certification à l’enseignement de la carte heuristique dispensée par l’EFH

Crédit photo tête d’article : Randy Miramontez / Shutterstock.com

Laisser une réponse

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire