Réaliser une carte à la main ou avec un logiciel ?

Plus performant ou différent, l’appréciation du résultat dépend de l’objectif.

La grande majorité des personnes que j’ai formé à la carte, continue de faire des cartes à la main, même si elles utilisent par ailleurs un logiciel dédié.

J’ai réalisé cette carte à la main suite à la lecture de l’ouvrage de David Allen consacrée à la méthode GTD

Voilà ce qu’elles me disent pour expliquer leur pratique « papier/crayon » :

« Tant que je n’ai pas les idées claires, je préfère utiliser le crayon et la feuille de papier »
« Même si je n’ai pas un talent de dessinateur, mes pictogrammes sont plus parlant que les clip-arts proposés par les logiciels »
« Je me sens plus libre avec ma feuille blanche, mes branches peuvent partir dans tous les sens, mes mots épousent leur courbe »

« Lorsque je colorie mes cartes, cela me fait réviser mes cartes »
« Le que j’apprécie avec la carte, c’est son minimalisme en terme de matériel, pas besoin d’électricité, pas de bug … »
« J’ai l’impression d’être plus en prise directe avec mes ressources qu’avec mon ordinateur »
« J’ai plus de plaisir à regarder mes cartes faîtes à la main, même si elles sont moins parfaites, d’ailleurs c’est peut-être pour ça, qu’elles me parlent plus… »
« J’ai la sensation que c’est la totalité de mes sens qui sont sollicités… »
« J’aime mes ratures qui me permettent de garder la trace de mon cheminement… »
« Je me souviens de façon plus importante de mes cartes réalisées à la main… »

Voilà ce qu’elles me disent pour expliquer l’usage d’un logiciel :

« Je me sers du logiciel quand je veux partager ma carte, je suis plus lisible, mes notes accrochées aux branches me permettent d’être bien compris…  »
« L’utilisation conjointe d’un logiciel et d’un vidéoprojecteur nous permet de voir ensemble l’avancée de notre réunion et de disposer du compte-rendu dans l’immédiat…. »
« Certains logiciels en ligne nous permettent de travailler ensemble et à distance sur une même carte de façon synchrone et asynchrone…  »
« En gestion de projet, le logiciel se révèle indispensable pour affecter des tâches, des ressources, des échéances…. »
« Mettre des hyperlien au bout de mes branches me permet d’utiliser la carte comme un navigateur performant au sein d’une grande masse d’informations hétérogènes et localisées à plusieurs endroits… »
« La simple fonction « glisser/déposer » me permet d’avoir des cartes propres… »
« Une carte réalisée avec un logiciel est « politiquement correcte », elle est mieux acceptée dans les organisations… »

Ce que m’inspire ces réponses :

Résolution de problème, créativité, apprentissage, prise de décision…. font parti de ces moments où nous construisons le chemin en même temps que nous progressons.
Cheminer, intégrer, appréhender est mieux servi par une carte manuelle.
Les cartes réalisées à la main sont plus efficientes quand nous sommes en état de recherche, quand nous ne sommes pas encore « au clair » avec l’information.

Partage de l’information, communication, gestion de projet… réclame une grande lisibilité des cartes et une capacité à les modifier rapidement sans « tout refaire ».
Le logiciel est à ce moment-là d’une grande utilité.

Les réponses données nous renvoie toujours à l’objectif.

Quels types de résultats attendons-nous de notre carte ?

Pour vous donner un exemple concret et récent, je vous invite à visualiser les cartes que j’ai réalisées à partir du livre de David Allen, sur sa méthode GTD (bientôt je consacrerais un article entier à la méthode GTD).

  • La première (au début de l’article) est réalisée à la main. Elle m’a permis de comprendre et d’intégrer « la discipline GTD » pas toujours évidente.
  • La deuxième (ci-dessous) est réalisée sous NovaMind, un logiciel que j’apprécie pour son graphisme. Je vous laisse analyser votre première impression… et la seconde. Cet exemple permet de mieux comprendre les témoignages ci-dessus.

Quel que soit la qualité de la représentation, ce qui me semble fondamental c’est le cheminement pour y arriver. Quand nous regardons une carte, nous ne voyons que la partie émergée de l’iceberg, c’est à dire, la plus petite. La plus importante est représentée par « les essais, erreurs, réajustements » lors de sa conception et réalisation. C’est cela la démarche heuristique.

Carte réalisée sous Novamind à partir de ma première carte faîte à la main.

Frédéric le Bihan

3 Responses to Réaliser une carte à la main ou avec un logiciel ?

Laisser une réponse

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire